Bilan 2020 et souhaits pour la nouvelle année

Voilà maintenant près de deux semaines que 2020 s’est terminé et je pense qu’on est beaucoup à avoir poussé un soupir de soulagement le 31 décembre au soir.

Ouf, quelle année c’était.

Tout le monde a été impacté par cette pandémie. Les moins chanceux ont été malades ou ont perdu un être de cher à cause du virus (directement ou indirectement). Beaucoup ont perdu leur emploi alors que d’autres se tuent au travail dans un marathon dont la ligne d’arrivée semble s’éloigner indéfiniment. Tous et chacun souffre du manque de vie sociale. Les plus chanceux ont simplement vu leurs habitudes de vies chamboulées et se sont vus retirés certains privilèges comme celui de pouvoir voyager où et quand bon leur semble.

Évidemment, quand on se compare, on se console. Impossible de s’apitoyer sur son sort lorsqu’on sait tous les sacrifices que les travailleurs de la santé ont fait et continuent de faire à chaque jour depuis le mois de mars, un peu partout sur la planète.

Cela dit, considérant que ceci est un blog de voyage, il me semble légitime d’adresser le fait que depuis maintenant près de dix mois, notre gouvernement met en garde contre tout voyage international jugé non-essentiel. Et bien que plusieurs ont choisi d’ignorer ces avertissements aux voyageurs, la majorité d’entre nous attendons sagement (ou oserais-je dire « docilement ») que le risque redescende à un niveau acceptable. Pour soi, mais surtout dans une démarche de responsabilité sociale envers nos concitoyens et les systèmes de santé du monde entier.

Voici ma rétrospective d’une année confinée.

Elle a débuté avec pleins de belles promesses, des projets grandioses, des possibilités illimitées ou presque.

« Je vais voyager longtemps » avais-je écrit dans mes souhaits de voyage pour 2020.

« Yeah right » que je me dis en y repensant.

Petit à petit, nos espoirs de voyages se sont écroulés un par un. En début d’année, on entend parler d’un virus qui se propage en Chine et on se dit qu’on ira ailleurs. En mars, l’épidémie de COVID-19 atteint le statut de pandémie et on se dit que ce sera rapidement derrière nous. À l’été, l’espoir renait. Plusieurs Québécois profitent du relâchement des mesures pour voyager localement. On essaie de ne pas trop penser à cette fameuse deuxième vague qui menace de surgir au changement de saison. Enfin, à l’automne, ma période de prédilection pour voyager, on reconfine et la propagation atteint des sommets inégalés jusqu’à maintenant dans la province.

Au final, 2020 n’aura pas laissé beaucoup de latitude pour voyager à l’international. À moins d’être partis en janvier ou février, les chances sont que, tout comme moi, votre passeport soit resté rangé dans un tiroir toute l’année. Cela a eu tout de même certains effets positifs, il faut le dire. Le voyage local, populaire comme jamais cet été, a offert un baume aux voyageurs dépités et a bénéficié aux commerces régionaux œuvrant dans l’industrie du tourisme au Québec et au Canada. J’ai moi-même opté pour un roadtrip automnal sur la Côte-Nord et en Gaspésie, avant de se faire rattraper par le second confinement. J’ai apprécié prendre le temps de visiter celle qu’on appelle avec raison La belle province (chose que je n’aurais probablement pas fait si d’autres destinations avaient été envisageables), mais il reste que le dépaysement y est relativement limité.

J’ai tenté tant bien que mal de trouver différentes façons de s’évader sans quitter son chez-soi, que j’ai d’ailleurs partagées via la page facebook du blog : lectures, jeux, séries télé, livres audio, quiz, name it comme qu’ils disent. Mais rien n’égale véritablement la sensation de partir à l’aventure, découvrir une culture étrangère, visiter des lieux emblématiques et cocher certains items de sa liste. Si l’incertitude et la frustration ont régnés un certain temps sur mes états d’âme de voyageuse, avec le recul, je retiens deux prises de conscience.

Premièrement, j’ai l’impression qu’avant mars 2020, on était, sans le savoir, dans un buffet à volonté de voyages. Un « All-you-can-travel » qui, comme beaucoup d’autres services non-essentiels, a fermé ses portes au printemps dernier. C’était l’abondance, tout était accessible facilement. Un long week-end à Paris? La semaine de relâche à Cancún? Un safari en Afrique subsaharienne? Un PVT en Australie? Rien n’était hors de portée. Et quand quelque chose est omniprésent, on a tendance à le prendre pour acquis et on perd de vue sa véritable valeur. La même chose se manifeste actuellement avec n’importe quelle marchandise dite d’agrément. On est habitué de pouvoir acheter tout ce qu’on veut quand on le veut. C’est une chance qui n’est pas donnée à tous et comme toujours, c’est quand on en est privé qu’on le réalise. Voyager est, et restera toujours, un privilège. Il ne faut pas l’oublier.

Ma deuxième réalisation c’est qu’il faut arrêter de se mettre soi-même des bâtons dans les roues. Contrairement à ce que plusieurs pensent, la pandémie actuelle était prévisible. Tous les experts du monde savaient que ça arriverait, la seule chose qu’ils ne pouvaient prédire c’était quand cela se présenterait. Et on peut raisonnablement penser qu’il y en aura d’autres dans le futur. Dans ma métaphore, les épidémies, comme tout évènement hors de notre contrôle qui peut, du jour au lendemain, invalider nos plans de voyages, représentent les bâtons. Conflits armées, tremblements de terre, guerres civiles, feux de forêts, coups d’états sont autant de potentiels bâtons dans nos roues de voyageurs. Il est évident qu’actuellement n’est pas le bon moment pour concrétiser ce projet de voyage que vous chérissez depuis toujours. Mais il viendra éventuellement, dans un monde post-pandémie-de-COVID-19. Et j’espère que lorsqu’il arrivera, ce bon moment, vous saurez le reconnaitre et en saisir l’opportunité. Il y aura toujours des « oui, mais… » et ce sera à vous de choisir entre le « oui » et le « mais ».

Enfin, je pense qu’il importe de préciser que je ne prône pas un retour à la normale telle qu’elle était avant mars 2020. C’est cette « normale » qui a fait passer la propagation du virus d’éclosion locale à pandémie mondiale. Personnellement, j’étais déjà conscientisée aux effets néfastes du tourisme de masse et de l’overtourism, évitant à tout prix les resorts et optant pour des initiatives de voyage responsables. Sans jeter le bébé avec l’eau du bain, je pense que qu’un tourisme durable fait partie des solutions. L’organisme Village Monde qui regroupe des hébergements communautaires durables sur sa plateforme Vaolo en est un excellent exemple. Personne ne peut nier l’impact que les voyages ont eu sur la propagation du virus en début de pandémie et je considère qu’il est plus que temps d’avoir une réflexion collective sur notre façon de voyager et les impacts sur les populations des endroits que l’on visite. On n’a qu’à penser à ce qui est arrivé en Gaspésie cet été et extrapoler le raisonnement à l’échelle globale.

Ce bilan est en train de tourner en éditorial alors je vais maintenant formuler mes vœux pour 2021. Traditionnellement, je vous partageais ici mes aspirations de voyages pour la nouvelle année d’un point de vue personnel. Mais 2020 nous a changé et je veux aujourd’hui prononcer des souhaits collectifs.

Je nous souhaite évidemment la fin de cette pandémie qui fait beaucoup trop de victimes et de dommages collatéraux. Je nous souhaite de pouvoir retrouver nos proches extra bulle familiale. Je nous souhaite aussi de conserver le positif qui aura ressorti de cette crise, parce que oui il y a eu des bons côtés : les petits et grands gestes d’entraide, le soutien à l’économie locale et les innovations scientifiques en sont quelques-uns. Et finalement, je nous souhaite de pouvoir recommencer à voyager, en toute prudence et en toute appréciation que c’est la cerise sur notre sunday.

Bonne année tout le monde!

Un commentaire sur “Bilan 2020 et souhaits pour la nouvelle année

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :