Bilan 2019 et souhaits de voyage pour la nouvelle année

À chaque temps des fêtes, j’aime prendre le temps de faire un petit récapitulatif de la dernière année pour faire le point et émettre du même coup des vœux pour les douze prochains mois. L’an dernier encore, j’ai eu la chance de faire deux beaux voyages, très différent l’un de l’autre. Voici donc ma version très personnelle du Bye Bye 2019.

D’abord, au printemps, je suis partie aux Pays-Bas avec ma mère pour un voyage de deux semaines. Tout allait bien jusqu’à ce que la compagnie aérienne Wow Air, qui assurait nos correspondances vers et depuis l’Islande, profitant du fait que nous (et beaucoup d’autres voyageurs) avions le dos tourné, déclara faillite et annula tous ses vols. Nous nous sommes donc retrouvées, du jour au lendemain, « coincées » en Europe, sans vol de retour.

Cela eut pour effet d’engendrer deux réactions plutôt divergentes chez ma mère et moi. Disons qu’elle avait pas mal plus d’expérience avec le fameux « lâcher-prise sur les choses hors de son contrôle » derrière la cravate que moi, qui, semble-t-il, a encore des croûtes à manger dans ce domaine. Pour tout savoir sur cette mésaventure, rendez-vous ici. Malgré quelques jours plutôt anxiogènes pour moi, j’ai finalement réussis à apprécier le voyage dans ce beau pays, à la fois petit et grand. D’ailleurs, si le royaume néerlandais vous intéresse, c’est le moment ou jamais de vous y rendre puisque les Pays-Bas font partie du top 10 des pays à visiter en 2020 selon les guides Lonely Planet (alias ma bible).

Puis, à l’automne, mon mari et moi avons visité le Pérou pendant trois semaines. Je travaille toujours à la rédaction des articles à thématique péruvienne, alors je n’ai malheureusement pas encore de lien vers lequel vous dirigez à l’heure actuelle. Je me permets cependant de vous divulguer que j’ai eu un petit béguin de voyageuse pour la ville de Cusco et la région avoisinante. Pour le reste, il faudra patienter encore un peu, mais soyez sans crainte, ça viendra. Pour ceux qui souhaitent en apprendre davantage sur ce pays, mais qui n’auraient pas la chance de se rendre sur place, sachez que jusqu’au 13 avril 2020, vous pouvez voir l’exposition Les incas… c’est le Pérou! au Musée Pointe-à-Callières de Montréal. Voici tout de même un petit avant-goût de mon voyage là-bas.

Machu Picchu

En rétrospective, je réalise que mon année 2019 semble quasiment avoir calquée sur celle de 2018, du moins, en ce qui a trait aux voyages. En effet, mon séjour au Pérou n’était pas sans rappeler notre aventure dans un pays voisin un an auparavant presque jour pour jour : la Colombie (à un trek-de-quatre-jours-dans-la-jungle près!). De même que les Pays-Bas, où j’ai vécu mon premier voyage mère-fille, qui partagent une frontière avec le pays où j’ai fait mes débuts en tant que voyageuse solo, au même moment l’année précédente : la Belgique.

Les personnes avec (ou sans qui) on partage la route influencent tout autant le voyage que la destination parcourue en tant elle-même. Et si on se fie à certaines rumeurs qui courent, une potentielle suite à ce voyage mère-fille pourrait avoir lieu dans un futur plus ou moins rapproché. Je dis ça, je dis rien…

Une autre chose que j’ai réalisé cette année, c’est que je préfère vraiment les longs voyages à ceux de courtes durées. Certains voyageurs aiment partir souvent pour des petites périodes. Ce n’est pas mon cas. Bien sûr, je ne suis pas contre l’idée de prendre quelques jours pour s’évader de temps à autres lors d’une escapade. Mais si je dois choisir entre un long voyage ou plusieurs plus petits voyages, je vais pencher pour la première option. La raison étant que, malgré mon expérience assez étoffée en voyages, je vis, immanquablement, au début de chaque périple, une phase d’adaptation pendant laquelle j’arrive difficilement à profiter réellement du moment. C’est-à-dire que je me mets rapidement en « mode voyage », en observant et réagissant à ce que je vois et à ce qui se passe autour. Une checklist improvisée apparait alors dans ma tête et je m’empresse de rayer le plus efficacement possible, les uns après les autres, les items qui y figurent : trouver comment se rendre à l’hôtel, faire le check-in, acheter certains essentiels oubliés volontairement ou non. Bref, rien de bien reposant. Ce n’est qu’une fois cette période de transition passée, une fois que j’ai trouvé certains repères, aussi temporaires soient-ils, que je peux pleinement apprécier le parcours, dans la joie et l’allégresse.

C’est donc résolument ce que je vais faire en 2020.

Partir longtemps. Prioriser le slow travel au « hit and run ».

Prendre le temps, choisir d’être dépaysée et profiter.

 

Bonne année à tous et… bon(s) voyage(s)!

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :