Ma recherche d’appartement en Italie

Ces jours-ci, bon nombre de Québécois sont affairés à empaqueter tout le contenu de leur résidence dans des boîtes, en vue d’un déménagement imminent. C’est bien connu, le 1er juillet, c’est la fête du Canada, mais c’est aussi le festival national du changement d’adresse. Ça me rappelle lorsque mon mari et moi étions en quête d’un endroit décent où vivre pendant les quelques mois de notre séjour en Italie.

Nous n’avions pas loué d’hébergement à distance avant notre départ, c’est donc une fois rendus sur place que nous sommes partis à la chasse aux appartements. Habituellement, je voyage léger. Par exemple, lors de mon plus récent voyage, je suis partie en Belgique avec un sac à dos pesant moins de cinq kilos! C’est mon record personnel. Mais cette fois-là, je n’étais vraiment en voyage, je m’installais dans un autre pays pour une demi-année, alors j’étais partie avec une grosse valise bien pleine. La première semaine suivant notre arrivée, je l’ai passé à traîner mon bagage roulant à travers la ville entière, avant de finalement pouvoir le poser pour de bon à notre appartement de la via Frassinago.

Bien que cette histoire s’est passée en 2012, j’ai l’impression qu’elle aurait pu se situer plusieurs décennies auparavant tellement la méthode utilisée me semble désuète. Je vous résume aujourd’hui notre démarche de recherche de logement à Bologne en cinq étapes faciles, sans internet, ni téléphone cellulaire ou toute autre forme de technologie moderne pour ainsi dire.

Étape #1: Chercher dans le mur d’annonces à louer.

Annonces Bologne

La première étape de notre recherche débute sur cette espèce de « babillard » extérieur improvisé à même une très longue clôture. Avouez que c’est rétro! Bologne étant une ville avec une très grande population étudiante, il y en avait plusieurs comme celui-ci à travers la ville. C’est donc des heures de plaisir que nous avons passé à lire (tant bien que mal avec nos quelques notions d’Italien) des dizaines et des dizaines de petites annonces, les trier selon nos critères de sélection économiques et géographiques et choisir les plus intéressantes, qui se qualifièrent pour l’étape 2.

Étape #2: Téléphoner à chaque numéro et essayer de parler en Italien.

Numéro de téléphone

J’avais appris par cœur la phrase à dire quand quelqu’un répondait « Buongiorno, chiamò a proposito dell affitto » (littéralement : « Bonjour, j’appelle à propos du loyer »). Le problème, c’est qu’après ça, les réponses reçues variaient alors je pouvais difficilement prévoir l’entièreté de la conversation à l’avance. Je devais donc tenter de traduire en simultané, au fur et à mesure durant l’appel. Pas facile. Je me souviens même d’être sortie de ma chambre d’hôtel avec le téléphone pour demander à l’employé travaillant au comptoir d’accueil de parler à mon interlocuteur. On se débrouille comme on peut. Les appels réussis résultaient à une prise de rendez-vous, ce qui nous amène à l’étape 3.

Étape #3: Visiter les quelques apparts qui se sont rendus jusqu’à cette étape.

Appartement Bologne

De mémoire, nous en avons visité trois. L’un d’entre eux était en fait une chambre dans l’appartement d’une famille. C’était à l’extérieur des murs de la ville dans un quartier un peu éloigné et plutôt modeste. L’autre était une collocation avec d’autres étudiants, assez bien situé. Et le dernier (mais non le moindre) appartement que nous avons visité s’est avéré être l’heureux élu: un appartement privé dans le centre historique de Bologne. Ce n’était évidemment pas l’option la plus économique, mais ça nous permettait de recevoir convenablement les gens qui sont venus nous rendre visiter dans les mois qui ont suivi, notamment pendant notre temps des fêtes d’expatriés.

Étape #4: Signer le bail et obtenir les clés.

Clés Bologne

Pour cette étape, nous avons d’abord dû retirer 1400 Euros de notre compte de banque pour faire un dépôt équivalent à deux mois de loyer. Cette pratique, qui consiste à exiger une caution lors de la signature du bail, n’existe pas vraiment au Québec, mais est très répandue en Europe. Nous nous sommes ensuite rendus au bureau du courtier immobilier, qui se trouvait en banlieue de Bologne, afin de procéder à la transaction (parce que oui, les locations d’appartement se font par l’entremise d’agents d’immeubles, en Europe et ailleurs dans le monde également). Le bail étant signé, nous étions désormais en possession de ces magnifiques clés tout à fait vintage et il ne nous restait plus que la dernière étape à accomplir afin de compléter la démarche.

Étape #5: Emménager et faire la dolce vita dans sa cours intérieure!

Cour intérieure Bologne

Et voilà, c’est comme ça que nous avons trouvé notre maison bolognaise où nous avons tellement de beaux souvenirs. Notre appartement a aussi servi de point de départ pour plusieurs aventures italiennes et européennes, jusqu’au tout dernier jour de notre bail, aussi connu comme la fois où nous sommes restés pris au Carnaval de Venise!

Bon déménagement à tous ceux que ça concerne!

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :