La fois où nous sommes restés pris au Carnaval de Venise

L’anecdote que je m’apprête à vous raconter date du mois de février 2013, mais rassurez-vous, elle n’a pas encore atteint sa date de péremption. C’était la fin de notre séjour de plusieurs mois en Italie, dans le cadre des études universitaires de mon époux. Nous habitions la ville de Bologne dans le nord du pays et nous profitions souvent de longues fins de semaine pour visiter différentes destinations à proximité. Ah, l’Europe…les joies de pouvoir se rendre facilement à peu près n’importe où, en quelques heures de train!

Je vous ai déjà parlé de nos trois escapades pendant mon temps des fêtes d’expatriée, respectivement à Florence et Sienne, à San Marino ainsi qu’en Allemagne et en Autriche. Parmi les autres villes que nous avons visitées, il y a eu bien sûr Rome plus d’une fois, Modène et, dans le cas qui nous intéresse aujourd’hui, Venise. Cette ville est évidemment connue à travers le monde pour son extraordinaire réseau de canaux, ses gondoles emblématiques, son romantisme et son fameux carnaval.

DSCN4365

En faisant des recherches, j’ai appris que cette célébration a débuté suite à une victoire militaire en 1162! L’évènement a évolué au cours des siècles, mais il a ensuite été interdit par l’Empereur François II en 1797. Le Carnaval de Venise moderne, tel qu’on le connait aujourd’hui, se tient à chaque année depuis 1979, juste avant le début du carême.

DSCN4368

Mais revenons au 3 février 2013. En quittant Bologne pour Venise ce jour-là, mon mari et moi craignions de nous retrouver au beau milieu d’une foule monstre, étant donné la notoriété du légendaire festival, mais nous avons été agréablement surpris. Il n’y avait pas trop de monde et la température était plaisante pour le temps de l’année. Les gens étaient costumés, des activités avaient lieu sur la place Saint-Marc et un peu partout dans la ville. Je me suis même laissé prendre au jeu en me faisant maquiller dans un kiosque près de la gare.

DSCN4352

Nous avons passé la journée à déambuler à travers les dédales de la ville. L’ambiance était à la fête, on entendait de la musique dans les rues et les gens dansaient. Pour souper, mon mari a essayé le spaghetti à l’encre de seiche, un classique de la cuisine vénitienne. Nous avons aussi fait un peu de magasinage dans les boutiques de masques pour en rapporter comme souvenirs. Nous en avons choisi chacun un et ceux-ci décorent aujourd’hui les murs de notre salon, aux côtés de d’autres trouvailles venant d’un peu partout dans le monde.

Jusque-là, tout allait bien. Mais vous avez lu dans le titre que notre journée au Carnaval de Venise ne s’est pas totalement déroulée comme prévue. Je vous explique. Le plan initial était de retourner à Bologne en début de soirée. Cependant, j’ignore pourquoi (peut-être par excès de confiance envers le réseau ferroviaire Trenitalia et la fréquence surestimée des liaisons Venise-Bologne), nous avions omis de vérifier les heures des départs pour notre retour.

Nous sommes revenus à la gare de Venise avec nos masques de papier-mâché et notre insouciance à 19h43, soit exactement l’heure où partait notre train (non, je n’ai pas une mémoire précise à ce point, je l’ai lu dans un de mes courriels de l’époque). Les trains en Italie sont souvent en retard. Pourtant, celui-là semblait être l’exception qui confirme la règle car il était précisément à l’heure. Nous l’avons manqué de quelques secondes à peine et le train suivant en direction de Bologne quittait à… 00h08. Minuit et huit, tu parles d’une heure pour céduler un train!

Bon, c’est certain que y’a pire dans la vie que prolonger sa visite au Carnaval de Venise de quelques heures. Le problème, c’est que le bail de notre appartement à Bologne se terminait cette journée-là! En quittant à minuit de Venise, nous arriverions chez nous vers 2 heures du matin le lendemain, alors que ça ne serait plus notre chez-nous justement. Nous avons donc squatté illégalement notre propre appartement, le temps d’une très courte nuit. Le lendemain matin, ce fut tout un branle-bas de combat pour faire nos valises et vider l’appartement avant que les nouveaux locataires n’arrivent.

La fin de notre séjour en Italie, nous l’avons passé à vagabonder dans le sud du pays. De Rome, où nous étions passés saluer notre ami David, nous nous sommes rendus dans la ville de Bari, sur la mer adriatique. Nous avons ensuite mangé beaucoup de pizza à Naples, visité Pompéi et passé quelques jours en Sicile.

Puis, après une demi-année passée là-bas, c’était déjà le temps de dire « Ciao Italia ».

Et « Bonjour, Hi Montréal ».

2 commentaires sur “La fois où nous sommes restés pris au Carnaval de Venise

Ajouter un commentaire

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :